Meg Whitman tire sa révérence de HPE

Face à des résultats financiers en berne, Meg Whitman a annoncé son départ de la direction de HPE à partir du 1er février 2018. Antonio Neri prend la succession.

Une page se tourne pour HPE avec le départ de la direction de Meg Whitman. Annoncé lors de la présentation des résultats du 4ème trimestre fiscal, ce retrait a éclipsé des indicateurs financiers et des prévisions en demi teintes. Le chiffre d’affaires atteint 7,66 milliards de dollars (contre 7,32 milliards de dollars en 2016) contre une attente des analystes estimée à 7,77 milliards de dollars. Sur les prévisions, HPE reste prudent sur la croissance du 1er trimestre 2018 en évoquant des effets de saisonnalité et une faiblesse inattendue de l’activité stockage.

Face aux incertitudes économiques et aux mécontentements des investisseurs, Meg Whitman a décidé de passer la main. Son départ de HPE sera effectif le 1er février 2018 et elle sera remplacée par Antonio Neri. Ce dernier a été nommé Président de HPE en juin dernier. Meg Whitman indique qu’elle restera membre du conseil d’administration et qu’elle ne cherchera pas un poste dans une société concurrente de HPE. Il y a quelques mois, elle avait démenti la rumeur qui la voyait prendre les rênes d’Uber.

6 ans, une scission, des cessions et des rachats

L’ère Whitman a commencé il y a 6 ans où elle prend la direction de HP en plein désordre. Son prédécesseur avait acheté Autonomy pour 11 milliards de dollars, mis fin à l’aventure de HP dans la mobilité avec la fin des tablettes, etc. En arrivant, elle a été obligé de passer une charge de 8 milliards de dollars en raison des résultats tronqués d’Autonomy. Elle a rapproché les PC et les impressions au sein d’une même division, en ayant déjà dans l’idée de pouvoir la céder ou la rendre autonome. Considérant que HP n’est plus assez agile et trop imposant, elle opte pour la stratégie de scission en deux entités. HPE est en charge de l’activité entreprise (stockage, réseau, serveur, logiciel, Big Data, Cloud) et HP Inc en charge des activités PC et impression. Cette stratégie est regardée avec interrogation dans un environnement qui encense la méga opération entre Dell et EMC.

Au sein de HPE, Meg Whitman a progressivement recentré la société sur son cœur de métier, la technologie d’infrastructure. Exit l’activité logicielle vendue à Micro Focus, l’activité service est externalisée à CSC, la division Cloud est arrêtée, mais elle pense aussi à se renforcer sur certains secteurs, avec le rachat de Simplivity (hyperconvergence) et Nimble Storage (stockage flash) ou d’Aruba (réseau) et Niara (IA). La réorganisation ne s’est pas faite sans casse sociale avec plusieurs plans de suppression de postes. Les résultats financiers tardent à arriver, mais Meg Whitman reste optimiste. Antonio Neri devra maintenant convaincre que cette stratégie est toujours la bonne.

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s