Cloud : Y a-t-il une vie en dehors d’Intel ?

Suite aux failles Meltdown et Spectre touchant particulièrement les processeurs Intel, les fournisseurs de Cloud fortement dépendant à ces puces explorent des alternatives.

Y a-t-il une vie en dehors d’Intel ? C’est la réflexion que se pose plusieurs fournisseurs de Cloud. Après la découverte de deux failles de sécurité, Meltdown et Spectre, les propriétaires de gigantesques fermes de serveurs cherchent à limiter leur dépendance aux puces Intel. Selon IDC, le fondeur américain préempte 98% du marché des datacenters.

AMD et ARM, des concurrents en embuscade

Quelles sont les alternatives à Intel ? En premier lieu, on pense évidemment au concurrent direct, AMD. Le fondeur a récemment lancé une nouvelle génération de puces pour serveur, Epyc. Mais le hic est qu’AMD disposant peu ou prou de la même architecture processeur qu’Intel, il est soumis aux effets néfastes de Meltdown. Et la correction s’annonce difficile, le patch de Microsoft a été suspendu, car il bloquait certains PC.

Autre candidat au remplacement d’Intel, les puces ARM. Depuis plusieurs années, des constructeurs ont tenté l’aventure de serveurs ARM, Dell, HPE (à travers les Moonshots), Qualcomm en partenariat avec Cavium, mais le succès peine à arriver. Les serveurs ARM demandent plusieurs adaptations, y compris de développer un logiciel capable de tourner sous l’architecture ARM. Une faible proposition de logicielle qui tend à se combler avec le temps. Les serveurs ARM ont un avantage en terme de consommation énergétique, un point entendu par les fournisseurs de Cloud. Interrogé par nos confrères de Reuters, le CEO de Blackblaze, fournisseur de stockage Cloud, Gleb Budman, souligne, « si ARM fournit suffisamment de puissance de calcul à un coût moindre ou à une consommation énergétique moindre que les puces x86, ce serait un signal fort pour changer ».

IBM Power et GPU Nvidia : des opportunités

Dans la liste des prétendants, IBM met en avant ses puces Power pour remplacer l’hégémonie d’Intel. En 2016, Google a noué un partenariat avec IBM pour réaliser un serveur tournant avec un processeur Power9. Par ailleurs, Big Blue est impliqué dans l’initiative OpenPower née en 2013 pour créer des serveurs modulaires à base de Power. Tyan et Cirrascale ont lancé des produits en 2015. En 2016, OpenPower s’est rapproché de l’Open Compute Project, promu par Facebook. OCP favorise la création de nouveau design de serveur adapté aux exigences des datacenters à grande échelle.

Le recours à des puces graphiques fournies par Nvidia est une dernière option. Cependant, les GPU viennent en complément des puces classiques. Le traitement graphique est dédié à certains workflow comme dans le domaine de l’IA (reconnaissance d’image ou vocale) et le design (visuel, graphique). AWS a choisi cette option pour fournir des offres sur le design graphique.

Intel sait que la concurrence va profiter de sa faiblesse liée à Meltdown et Spectre. Les clients vont aussi mettre la pression sur la firme de Santa Clara pour obtenir des rabais et des rafraîchissements produis à prix cassés. L’impact financier risque donc d’être important dans les prochains mois sur le groupe datacenter d’Intel. A voir quelle sera la stratégie du fondeur ?

Photo credit: Sassholes on Visual hunt /  CC BY-NC-ND

 

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s