Avec Cloud AutoML, Google adapte l’IA au low code

Simplifier, tel est le credo de Google pour que les développeurs puissent s’approprier les modèles d’apprentissage automatique. Avec le service Cloud AutoML, la firme américaine veut casser la barrière des compétences en matière d’intelligence artificielle.

Il ne fait aucun doute que l’IA est et restera une des grandes tendances de l’année 2018. Les cabinets d’analystes sont tous d’accord sur ce point, mais soulignent aussi deux écueils. Le premier est l’absence actuellement de réels projets liés à l’IA. Tout le monde s’intéresse au sujet, mais il y a peu de concrétisations et les responsables informatiques ne savent pas par où commencer et avec qui. Cette année devrait voir un fleurissement de PoC. Le second obstacle réside dans la pénurie de compétences en matière d’intelligence artificielle. Il existe en effet peu de spécialistes dans les domaines de l’apprentissage automatique ou profond.

Un simple « glisser-déposer »

Pour résoudre ce second problème, Google entend aider les développeurs à élaborer des applications basées sur l’IA. La firme de Mountain View vient de lancer en version alpha le service Cloud AutoML. Dans un premier temps, seul le service Vision, c’est-à-dire lié à la reconnaissance d’image, est disponible. L’idée est simple, les développeurs peuvent placer des photos en mode « glisser-déposer » sur le site et ensuite créer un modèle de machine learning de reconnaissance d’image. Google explique que Disney a utilisé AutoML pour renforcer la fonction recherche de sa boutique en ligne. AutoML Vision gère l’ensemble du processus : l’importation et le taggage des données, ainsi que l’entraînement du modèle.

Google Cloud AutoML

Les modèles d’IA préfabriqués se développent

Pour l’instant, la reconnaissance d’image est le seul module d’IA disponible, mais il faut s’attendre à ce que Google ajoute d’autres modules. On peut penser à la traduction, la reconnaissance du langage naturel ou la vidéo. Bien sûr Google revendique être le premier à proposer ce type de service de simplification de l’IA pour les développeurs. Certains éditeurs, cependant, ont des offres similaires comme Clarif.ai ou les solutions Cognitive Services de Microsoft.

Reste une inconnu, Google n’a pour l’instant pas donné de tarif pour AutoML. Il est probable que la firme facturera des frais pour l’entraînement des modèles et pour l’accès au modèle via des API. Avec ce service, Google souhaite se démarquer de la concurrence en adoptant une stratégie low code pour rapprocher l’IA des métiers. Un pari pas si fou que cela.

Photo credit: Ars Electronica on VisualHunt.com /  CC BY-NC-ND

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s