Les microservices fédèrent les anciens et les modernes

Le recours aux microservices par les équipes IT pour moderniser ou créer des applications est un pari gagnant, explique Red Hat dans une étude. A condition de débloquer la résistance au changement et oser de nouvelles méthodes.

Menée auprès des clients JBoss et OpenShift (le PaaS promu par Red Hat), cette étude apporte des enseignements intéressants sur l’adoption des microservices. Ces derniers sont une méthode de développement permettant de concevoir une application à partir de plusieurs modules (services) où chaque service réalise une tâche précise tout en communiquant avec les autres modules. Cette technique fonctionne aussi bien pour les anciennes applications que l’on souhaite moderniser ou pour la création d’applications.

Le double bienfait des microservices

C’est un des premiers enseignements de l’étude Red Ha, 69% des sondés utilisent les microservices pour réarchitecturer des applications existantes et en fabriquant des nouvelles. « Les microservices offrent de la valeur aux utilisateurs tout au long de leur transformation informatique, qu’ils cherchent à mettre à jour leur portefeuille applicatif ou qu’ils préparent de nouvelles initiatives », explique Cesar Saaverda, auteur de l’étude.

Le premier avantage de l’utilisation des microservices, exprimé par les sondés, est la rapidité des résultats. 33% considèrent avoir tirer bénéfice de cette méthode entre 2 et 6 mois suivant sa mise en œuvre. Parmi les autres bénéfices, l’étude pointe la réalisation de la stratégie Devops, via l’intégration et le déploiement continu, mais aussi une évolutivité améliorée, une commercialisation plus rapide, une meilleure productivité des développeurs et des tests de débogage et de maintenance facilités.

Mettre du chaos dans la culture d’entreprise

Pour autant, les entreprises ayant fait le choix des microservices font face à plusieurs challenges pour leur adoption. L’étude en distingue 4 : la résistance au changement en raison de la culture d’entreprise ou des inerties organisationnelles sont considérées comme le plus grand défi pour adopter les microservices. Les questions de gestion et du contrôle (diagnostic et monitoring) arrivent ensuite. Enfin, les problématiques de ressources ferment la marche.

Ce changement de culture se retrouve par exemple dans une méthode particulière de test, nommée « l’ingénierie du chaos ». Elle a été promue par Netflix considérant que dans une orientation Devops, les tests traditionnels ne fonctionnaient pas. Le service de VoD a créé la Simian Army, comprenant plusieurs outils (Chaos Monkey, Latency Monkey, Conformity Monkey, Doctor Monkey, Janitor Monkey…) pour tester et éprouver la résilience des infrastructures Cloud, dont celles d’AWS.  L’idée est simple faire des modifications (upgrade, changement de code) ou des arrêts aléatoires d’instances directement dans la production. Une tempête maîtrisée pour apprendre, comprendre et réagir en fonction des retours. L’usage des microservices permet d’avoir une plus grande granularité et un meilleur contrôle dans cet environnement particulier. Cette méthode est utilisée notamment par la SNCF (voir l’article Voyages-SNCF sème, volontairement, le chaos dans sa production informatique)

Au final, les microservices sont en train doucement mais sûrement de faire leur place auprès des développeurs. Ils peuvent réconcilier les environnements historiques avec le monde moderne (Cloud, conteneurs, devops).

Photo credit: André Weissenberg on VisualHunt.com /  CC BY-NC

 

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s