Citrix rachète Cedexis, l’aiguilleur du Net

Citrix a annoncé l’acquisition de la start-up franco-américaine, Cedexis. Le spécialiste de la virtualisation et du poste de travail veut ainsi développer son expertise au-delà du firewall.

L’aventure aura duré 9 ans en mode start-up. Cedexis, créée en 2009 par le français Julien Coulon et l’américain Marty Kagan, a décidé d’accepter l’offre de rachat de Citrix. L’opération avait déjà failli se réaliser en 2013 rapporte le co-fondateur français pour finalement se traduire par un prêt convertible en action de 3 à 4 millions d’euros. Les deux parties se connaissent bien. Citrix a participé à la levée de fonds de 22,8 millions de dollars en janvier 2016. A l’époque, Cedexis avait levé au total 33 millions de dollars. Le montant de l’acquisition n’a pas été dévoilé par les protagonistes. D’autres acteurs européens et asiatiques étaient sur les rangs.

De bout en bout du firewall

Pourquoi Citrix rachète Cedexis ? « L’un est derrière le firewall et l’autre s’occupe de ce qui est devant », résume Julien Coulon. La start-up collecte environ 15 à 16 milliards de données pour connaître le trafic web et proposer le meilleur routage (datacenter, CDN, cloud) aux applications et aux sites. Se définissant comme un aiguilleur du Net, Cedexis dépose au passage plusieurs brevets sur son moteur de gestion de trafic. Citrix propose à la fois des outils de virtualisation et de collaboration, mais le cloud et notamment le modèle SaaS a changé la donne. La firme doit assurer la performance et la sécurité des applications de bout en bout.

La gestion du multicloud dans le viseur

De plus, Citrix se positionne avec Cedexis sur le marché du multicloud. C’est-à-dire la capacité à migrer un workload d’un cloud à l’autre, privé, public ou hybride, sans coutures au gré des performances ou des conditions tarifaires. Les Etats-Unis sont en avance sur ce modèle, mais l’Europe commence à s’y intéresser. « L’association de l’offre Citrix à la technologie dynamique et programmable d’aiguillage du trafic intelligent mise au point par Cedexis améliore de façon significative la performance des applis dans les environnements hybrides et multi-cloud », souligne Citrix dans un blog.

La reconnaissance d’un pari ambitieux

Les questions de latence et de l’optimisation des performances applicatives deviennent alors cruciales. Dans ce domaine, Citrix hérite d’un portefeuille client comme Michelin, Accor, Airbus, mais aussi Facebook ou LinkedIn. La firme américaine garde l’ensemble des équipes de Cedexis soit environ 70 personnes. « Il apprécie la french touch », glisse Julien Coulon. Pour lui, cette opération, est « une belle reconnaissance du pari de départ » et un pied de nez à ceux qui considéraient « qu’il n’y avait pas de marché ». Il va maintenant prodiguer ses conseils d’entrepreneur et aider d’autres start-up à grandir. En attendant peut-être une prochaine aventure…

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s