Quand l’IA devient un maître du droit des contrats

Une start-up travaillant sur les technologies au service des métiers juridiques a développé une IA capable de rivaliser, voire de battre les meilleurs avocats pour identifier les erreurs dans des contrats.

Secteur bancaire, relation client, traduction, l’intelligence artificielle apprend vite au point de faire de l’ombre à d’autres professions. C’est le cas des avocats comme le montre cette expérience menée par la société LawGeex, start-up israélienne. Cette legaltech a développé une IA capable d’identifier les erreurs au sein d’un contrat.

L’IA beaucoup plus rapide dans l’analyse

Dans sa démonstration, les contrats en question étaient des accords de confidentialité (NDA en anglais) utilisés par de grandes sociétés, comme Enron, Pacific Gas and Electric, Cargill, et Intergen. 20 avocats expérimentés et le logiciel LawGeex ont analysé 5 contrats avec comme objectif de trouver des erreurs ou des problèmes suggérant un risque pour les clients : responsabilité, indemnisation, limitation de la non-concurrence, etc. Avant le test, l’IA de LawGeek a été entraîné sur des milliers de contrats similaires.

Alors quels sont les résultats ? L’IA a correctement identifié des problèmes juridiques avec une précision de 94% contre une moyenne de 85% pour les avocats. A noter que le meilleur des avocats fait jeu égal avec l’IA en obtenant un taux de précision de 94%. Mais la différence la plus notable est à trouver dans la vitesse de traitement, l’IA a mis seulement 26 secondes pour terminer son analyse. Les avocats ont mis en moyenne 92 minutes pour réaliser le même travail.

Un changement de modèle économique à prévoir

Les firmes spécialisées dans le droit des sociétés devraient être fortement intéressées par un tel logiciel. Un rapport du cabinet McKinsey estime que 22% du travail d’un avocat et 35% du travail d’un juriste peut être automatisé. Il ne s’agit donc pas de faire disparaître les métiers juridiques et de les remplacer par une IA. Elle libère du temps pour que les spécialistes du droit se concentrent sur d’autres sujets plus stratégiques. Il n’en demeure pas moins que l’IA va quand même bouleverser le modèle économique des services juridiques, un marché où les gens dépensent 600 milliards de dollars par an.

En France, la justice prédictive fait son chemin. Les avocats commencent à s’intéresser à la capacité de pouvoir interroger une base de données et avoir une estimation en fonction de la jurisprudence des chances de l’emporter. Du côté des magistrats, une expérimentation a été menée à Douai pendant plusieurs mois, mais au final les juges se sont montrés plutôt réservés sur les bénéfices d’une telle technologie. Pour les deux professions, l’élément humain doit rester prépondérant dans l’action de la justice. Une automatisation oui, une déshumanisation non.

Crédit Photo : VisualHunt

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s