Les Français trop intimes avec leurs assistants personnels

Une étude montre que les Français partagent beaucoup de chose avec leurs assistants numériques. Râleur, questions existentielles, rien n’échappe à ces compagnons virtuels.

McAfee a mené une étude originale sur le comportement des Français vis-à-vis de leurs assistants personnels. Enceintes, smartphones, consoles de jeux, éléments de domotiques, ils sont de plus en plus présents dans notre quotidien et dans nos maisons. Une présence souvent synonyme de transparence et d’oubli par les utilisateurs.

Peut-être une explication au fait que la vulgarité arrive en tête (40%) des comportements que les personnes ne veulent pas voir immortalisé par leur assistant personnel. Dans la patrie de Cambronne, le juron est souvent assumé (40% reconnaissent jurer dans l’intimité), mais face à la technologie, les Français sont une majorité à adapter leur langage devant ces appareils.

Une relation intime avec les assistants personnels

Pour autant, ils ont noué avec ces compagnons virtuels des relations personnelles. Ils sont 40% à poser des questions d’ordre privé : « Quand vais-je avoir un bébé ? », « je suis jolie ? » ou « Pierre, m’aime t’il en secret ? ». Ils sont 50% à penser que l’assistant est capable de répondre à des questions existentielles comme « Quand vais-je mourir ? ». La majorité avoue avoir honte de poser ces questions. Ils sont un sur trois à admettre être gênés s’ils sont pris en flagrant délit de confession auprès de son assistant personnel intelligent par un proche ou si leurs proches avaient connaissance de leur agissement.

Crainte de Big Brother et des pirates

Les Français ont finalement un rapport ambigu avec les assistants personnels. Ils n’hésitent pas à se livrer et à jurer, mais ils ont dans le même temps conscience que ces objets sont connectés en permanence et donc les écoutent et les enregistrent. Qui dit écoute continue, dit aussi risque de piratage. Et c’est bien la crainte numéro 1 pour 56 % des Français, dans une moindre mesure ils s’effrayent que leurs conversations soient captées par des institutions gouvernementales ou par des agences spécialisées dans le marketing. L’étude ne dit pas si les inquiétudes portent aussi sur la localisation des données enregistrées. Avec des acteurs majoritairement américains, les informations personnelles des Français transitent par les cloud Outre-Atlantique.

Les Français acceptent donc ces objets connectés et indiscrets, mais les bénéfices apportés et les rapports parfois intimes noués avec eux effacent les craintes.

Photo credit: DigitalMajority on VisualHunt /  CC BY-NC-SA

 

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s