Oracle-Google : le monde du logiciel vacille à nouveau

En donnant raison à Oracle face à Google, une cour d’appel américaine a relancé les inquiétudes du monde du développement logiciel concernant les droits d’auteurs relatifs aux API.

On pensait l’affaire pliée, mais c’est sans compter sur la ténacité d’Oracle. Petit rappel de l’affaire propriétaire de Java (plateforme et langage) depuis le rachat en 2010 de Sun Microsystems (qui a publié en 2006 le code source du logiciel), Oracle accuse Google d’utiliser sans contrepartie financière des interfaces de programmation (API, 37 sont dans l’œil du cyclone) Java dans son OS mobile Android. La firme de Redwood Shores a attaqué Google en 2010.

Après plusieurs années de procédure, un jury californien en mai 2016 a décidé que Google avait faire preuve d’un « usage équitable » des API Java dans Android. Un KO juridique pour Oracle, qui se voyait déjà réclamer près de 9 milliards de dollars de dommages et intérêts. En février 2017, la société de Larry Ellison rebondit en annonçant faire appel de cette décision.

Le monde du logiciel et de l’Open Source aux aguets

Le verdict est tombé et la Cour d’appel fédérale donne maintenant l’avantage à Oracle. Elle considère que Google n’a pas utilisé de manière « juste » le copyright des API Java. Une aubaine pour Oracle qui voit s’ouvrir le chemin des réparations. La décision en appel provoque des remous chez les juristes. Ainsi, Mark Schonfeld, du cabinet bostonien Burns & Levinson, qualifie ce jugement d’important, mais controversé et il prévoit que l’affaire va finir à la Cour Suprême.

Cet imbroglio juridique est scruté avec anxiété par le monde du développement logiciel. Les API ont explosé ces dernières années avec la migration des applications dans le cloud. Ne plus reconnaître le « fair use » du code pourrait désorganiser l’écosystème des logiciels. La communauté Open Source regarde également attentivement cette affaire en ayant un parti pris pour Google en affirmant que toutes les restrictions pour réutiliser du code sape les valeurs de l’Open Source et des logiciels libres.

Google n’a pas fait de commentaires sur ses intentions. Le porte-parole, Patrick Lenihan, a simplement indiqué que ce verdict « rendra les applications et les services en ligne plus onéreux pour les utilisateurs ». La procédure judiciaire poursuit son chemin, mais le monde du logiciel vacille face aux incertitudes et aux risques de voir Oracle l’emporter définitivement. A suivre…

Photo credit: Uncalno on Visualhunt.com /  CC BY

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s