Kaspersky trouve refuge et transparence en Suisse

Boudé aux Etats-Unis et surveillé aux Pays-Bas, Kaspersky a décidé de migrer l’ensemble des données de ses clients au sein d’un « centre de transparence » en Suisse. Une étape dans la reconquête des clients.

Soupçonné de collusion avec les autorités russes, Kaspersky traverse une crise de confiance. Les Etats-Unis se sont prononcés pour l’exclusion des produits de l’éditeur russe de plusieurs administrations. Kaspersky a donné des gages de bonne volonté en proposant de publier le code source de son antivirus, mais sans convaincre les autorités américaines. L’Angleterre n’a pas tardé à suivre en écartant à son tour les mêmes solutions. Très récemment, les Pays-Bas ont émis des doutes et prévoit d’abandonner progressivement les produits Kapsersky.

Il y a donc le feu au lac pour la société russe. Pour redorer son blason, elle vient d’annoncer un plan pour migrer la plupart des données de ses clients sur un datacenter en Suisse. Basé à Zurich, ce « centre de transparence » va héberger les données des clients basés en Europe, Amérique du Nord, Australie, Japon, Corée du Sud et Singapour.

Une transparence dès l’élaboration des produits

Au sein de ce centre, Kaspersky va aussi héberger sa « software factory », utilisée pour élaborer et développer ses produits. Cela signifie que le centre de Zurich va accueillir : le code source des différents produits (y compris les plus anciens), les bases de données des règles de détection de menaces, le code sources des services cloud susceptibles de recevoir des données des clients localisés en Europe, Amérique du Nord, Australie, Japon, Corée du Sud et Singapour, etc. La migration de cette software factory devrait être finalisée à la fin 2018, tandis que la migration des serveurs et des données clients s’étalera jusqu’à la fin 2019. Kaspersky a annoncé par ailleurs que d’autres centres de transparence verraient le jour en 2020 en Amérique du Nord.

Ces initiatives s’inscrivent dans un programme plus global ( Global Transparency Initiative) annoncé en octobre 2017. Kaspersky espère ainsi retrouver la confiance des gouvernements et des entreprises. A voir si cela fonctionne…

Auteur : Jacques Cheminat

Journaliste pendant 15 ans sur les thématiques, télécoms, réseaux, datacenter, stockage, sécurité, virtualisation, etc..., j'ai choisi d'ouvrir ce blog pour écrire sur tous les sujets IT, les tendances et mes humeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s